Maisons du Peuple Imprimer

Au début du 19ème siècle, les travailleurs prennent peu à peu conscience de la nécessité de s’organiser et de s’unir pour acquérir des droits politiques, des avancées sociales élémentaires et l’accès aux savoirs.

C’est pour cette raison que sont créées les coopératives et les Maisons du Peuple - dont la première « Au Progrès » - voit le jour à Jolimont, dans la Région du Centre en 1872. Les Maisons du Peuple vont ensuite essaimer et contribuer largement à donner une identité à la classe ouvrière. De tailles différentes, grandes et monumentales dans les villes, plus petites dans les villages ; de pierres ou de briques, elles s’inscrivent dans le paysage local.

Plus que de banals cafés, elles permettent le développement d’une multitude d’activités contestataires, éducatives et récréatives. Jules Destrée écrit à leurs propos : «Tandis que la ménagère viendra y chercher le café et le sucre socialistes, le travailleur pourra en même temps venir y prendre la pensée socialiste».

C’est là que se rencontrent les différentes composantes du mouvement ouvrier - Mutualités, POB, Syndicats et… Sociétés Coopératives. On y trouve des salles de spectacle et de cinéma, des classes, des bibliothèques et des espaces de réunions qui contribuent à émanciper celles et ceux qui les fréquentent. Point de départ de nombreuses contestations, grèves et manifestations qui marqueront l’histoire du 20ème siècle : dans les années 70, les Maisons du Peuple entrent dans une période de déclin. Comme bien d’autres, les emblématiques « Populaire » (Liège), « Ruche » (Herstal), « Métropole » (Waremme) et Maisons du Peuple de Huy et Verviers sont contraintes de fermer leurs portes et sont parfois rasées ; aujourd’hui, il n’en reste plus qu’une poignée…

Apportant un regard neuf et critique, cette exposition, réalisée par le PAC et l'ILHS, aborde différents thèmes en une quinzaine de panneaux.

Si vous désirez accueillir cette exposition, vous pouvez nous contacter : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou 04 221 42 10